Comment les plus de 60 ans vivent-ils aujourd'hui ? Etat des lieux et perspectives avec Serge Guérin, sociologue spécialiste des questions liées au vieillissement.

Depuis fin 2015, pour la première fois en France, les plus de 60 ans sont plus nombreux que les moins de 20 ans. Le papy-boom, longtemps annoncé, est désormais une réalité.

Un fardeau ? «Une opportunité et une richesse», corrige le sociologue Serge Guérin (lire encadré ci-dessous) qui invite à balayer les préjugés et à changer notre manière de voir.

«Prendre de l'âge, ce n'est pas seulement décliner»

«Les sexagénaires de 2016 ne ressemblent pas à ceux des années quatre-vingt, plaide-t-il. Mais nos représentations mentales n'ont pas évolué. Cela se devine dans le choix des mots : on dit d'un retraité qu'il est inactif, alors que beaucoup d'entre eux sont très actifs - dans le milieu associatif par exemple. La jeunesse est associée au changement, au mouvement, à l'énergie, alors que le vieillissement reste une notion péjorative. Or, prendre de l'âge, ce n'est pas seulement décliner : c'est aussi créer, désirer, consommer, agir !»

Ce constat pose les bases de la seniorisation de la société : un monde dans lequel la forte augmentation de la proportion de seniors va impacter toutes les tranches d'âge. Une société de la longévité au sein de laquelle chacun, du plus jeune au plus vieux, devra trouver sa place.

«Le vieillissement est un levier d'évolution en matière d'industrie, de services, d'innovations sociales et technologiques. Il s'agit de répondre aux attentes réelles par une offre de biens et de services adaptés.» Serge Guérin, sociologue.

UN NOUVEL ELDORADO ÉCONOMIQUE?

Cette silver économie est porteuse d'un fort potentiel : elle pourrait créer 350 000 emplois non-délocalisables à l'horizon 2020, selon la Dares(Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques).

«Il ne s'agit pas seulement de prendre en charge la perte d'autonomie, souligne le sociologue. Plus de 93% des sexagénaires sont en parfaite santé ! Ces personnes réclament, entre autres, la possibilité de pratiquer des activités physiques adaptées à leur âge. Or, faire de l'exercice permet de vivre plus longtemps en meilleure santé : on gagne sur tous les tableaux ! Il faut aussi penser différemment le logement, le mobilier, les équipements urbains. Faire des trottoirs plus larges, par exemple, ou des bus mieux accessibles. Cela suppose d'inventer des outils et de définir des organisations nouvelles. En sachant qu'au final, cela profitera à tous.»

«On peut se contenter de voir le papy-boom comme un nouvel Eldorado économique, mais on peut aussi le considérer comme un champ d'application et la solidarité entre générations et du bien-vivre ensemble.» Serge Guérin

UNE CULTURE DE LA PRÉVENTION ET DE L'ADAPTATION

Pour cet expert, les résidences et les Villages réservés aux seniors ne sont pas une panacée : «Il faut se méfier de la tentation d'enfermer les gens par catégorie. Par ailleurs, cela ne correspond pas à la demande des citoyens qui préfèrent vieillir à leur domicile. Je défends une vision intégrée des adultes âgés. Pour cela, il faut développer une culture de la prévention, afin de permettre à ces personnes de rester autonomes le plus longtemps possible, et une culture de l'adaptation pour que l'environnement dans son ensemble devienne seniors friendly.»

PRENDRE EN COMPTE LES ASPIRATIONS DE CETTE POPULATION

Serge Guérin salue l'avancée significative que constitue la loi sur le vieillissement entrée en vigueur en début d'année. Il se réjouit qu'a-delà des mesures emblématiques, comme la revalorisation de l'allocation personnalisée d'autonomie (APA), un budget soit alloué pour financer les aides techniques à domicile pour les plus démunis.

«Ce texte reconnaît enfin le statut d'aidant et débloque des fonds pour les soutenir, observe le sociologue. Il définit de nouvelles priorités : la prévention sous toutes ses formes, le développement des solidarités, le soutien à des démarches de soins moins médicalisés.»

Selon le Pr Guérin, les chantiers restent nombreux. Il juge notamment nécessaire de mieux préparer les actifs à la retraite, tout en sensibilisant les personnels et les entreprises aux attentes des aînés.

Préparer la seniorisation de la société, en somme, ce n'est pas seulement s'occuper de ceux qui sont au crépuscule de leur parcours : c'est prendre en compte les aspirations d'une population vieillissante mais qui, à l'orée de la retraite, dispose encore de vingt à trente belles années devant elle.

CHIFFRES CLES

♦ En 1980, les plus de 60 ans représentaient 9 millions de personnes.
♦ En 2016, ils sont 15 millions et devraient être 22 millions en 2050.
♦ En 1980, les  plus de 85 ans étaient 600 000.
♦ En 2016, ils sont 1,8 million et seront 4,8 millions en 2050.

QUI EST SERGE GUERIN ?

Serge Guérin est sociologue, docteur en sciences de l'information et de la communication et professeur à l'Inseec Paris.
Il est l'auteur de nombreux ouvrages, notamment Silver Génération - 10 idées reçues à combattre à propos des seniors (éditions Michalon).

VOISIN-AGE : la solidarité 2.0

Créé en 2010 par la communauté web de l'association Les Petits frères des pauvres, le dispositif Voisin-Age met en relation des personnes âgées et leurs voisins en privilégiant la proximité, les affinités et la réciprocité des échanges.
«L'idée, témoigne Agnieszka Browarska, coordinatrice du réseau, est de retisser des liens sociaux et de replacer les seniors au coeur de la vie de leur quartier. Cela passe par des gestes simples, des petites attentions : un coup de téléphone, une carte postale envoyée depuis le lieu de vacances, une promenade... il n'y a pas d'engagement de durée ou d'assiduité : chacun fait comme il veut et comme il peut.»
Concrètement, des habitants (les voisineurs) s'inscrivent sur le site et entrent en contact avec des seniors isolés (les voisinés)  près de chez eux.
Plusieurs voisineurs peuvent, naturellement, veiller sur un même voisiné et coordonner leurs actions.
Les 2 000 participants, dans la douzaine de villes où ce réseau est déployé* sont enthousiastes. Les voisineurs insistent sur les échanges enrichissants avec les seniors : «Ils ont une vie entière d'expériences à nous transmettre.»

* Paris, Rueil-Malmaison, Sceaux, Nanterre, Saint-Quentin, Nantes, Toulon, Nice, Grenoble, Limonest, Rosny-sous-Bois et Orsay. Le réseau devrait être étendu à Montreuil, Lille et Roubaix à la fin de l'année 2016. Des expériences sont en cours à Madrid et ... Chicago).

Plus d'infos :

Les Petits frères des pauvres - Voisin-Age - 33 avenue Parmentier - 75011 Paris.
Tel. 01 49 23 13 55 ou en envoyant Voisinage par SMS au 06 09 69 14 11 : un membre de l'association se charge alors de vous rappeler.

Cela pourrait vous intéresser.

Lire aussi.

L'école à l'hôpital, des leçons très particulières

15/02

L'école à l'hôpital, des leçons très particulières

Cadre de santé, aux petits soins du service

17/02

Cadre de santé, aux petits soins du service