Face à l’explosion des réseaux sociaux ou des systèmes de notation et d’avis en ligne, il est conseillé, en tant que professionnel de santé, de soigner son e-réputation (ou réputation numérique). Quelques conseils pour s’y préparer. 

Deux patients sur trois consultent les avis sur Internet avant de choisir un praticien, particulièrement lorsqu’il s’agit de médecins généralistes, de chirurgiens ou de dentistes, selon une étude de BrightLocal. Et même si le Conseil national de l’Ordre des médecins (Cnom) déplore une forme de « dérive vers un consumérisme médical », il n’en reste pas moins qu’il devient nécessaire pour les professionnels de santé de contrôler et maîtriser leur image en ligne, puisqu’elle est accessible à tous.

Selon la définition de la Cnil (Commission nationale de l’informatique et des libertés), la e-réputation est « l’image numérique d’une personne sur Internet ». Cette réputation numérique est alimentée par « tout ce qui vous concerne et qui est mis en ligne sur les réseaux sociaux, les blogs ou les plateformes de partage de vidéos ».

En fonction de ce qui est publié sur votre personne ou votre cabinet, votre e-réputation peut devenir un problème. En effet, des plateformes de prise de rendez-vous automatisés permettent aux internautes de poster des commentaires à propos d’un praticien. Et s’ils sont négatifs, repris par d’autres sites ou partagés par d’autres internautes, ils peuvent nuire à votre e-réputation.

Veille et assurance

Le guide Préserver sa réputation numérique  du Cnom peut vous y aider. En premier lieu : faites un état des lieux des informations vous concernant publiées sur Internet, afin d’avoir un aperçu aussi complet que possible de votre image numérique. Puis pratiquez une veille régulière.

Vérifiez rapidement si votre assurance de responsabilité professionnelle propose une garantie e-réputation. Comme le souligne le Cnom, « si le médecin n’est pas au-dessus des lois, ni exonéré de ses actes au quotidien, il n’a pas à être jeté en pâture sur Internet ». En cas d’atteinte à votre vie privée, de diffamation, d’insultes, vous devrez avertir au plus vite votre assurance de responsabilité professionnelle qui peut vous accompagner dans vos démarches et, le cas échéant, faire appel à un avocat afin d’envisager des poursuites. La réactivité est de mise dans ce type de cas et il est impératif de garder la preuve (via des captures d’écran) des publications dénoncées.

Cela pourrait vous intéresser.

Lire aussi.

Un Tour Hommage unique au CHR de Metz

06/12

Un Tour Hommage unique au CHR de Metz

Conservez votre protection santé

30/11

Conservez votre protection santé