Plus de la moitié ! 288 Maisons Sport-Santé sont aujourd’hui labellisées sur les 500 promises par Emmanuel Macron à l’issue du quinquennat. Ce réseau de santé publique rapproche professionnels de santé et du sport autour du patient ou de toute personne souhaitant rester en bonne santé. Visite guidée…

 

Le réseau Maisons Sport-Santé (MSS) s’adresse aux personnes qui souffrent de maladies chroniques ou d’affections de longue durée, mais aussi aux individus en bonne santé qui n’ont jamais pratiqué de sport, ou le font depuis peu. Derrière ce label créé en 2019, on trouve une diversité de structures. Elles peuvent être intégrées au sein d'une association, d'un hôpital, d’un cabinet de kinésithérapie, d'un établissement sportif ou même…  d’une plateforme digitale. Une MSS rassemble des éducateurs sportifs et des professionnels médicaux et paramédicaux qui réalisent, par exemple, une première évaluation (mécanique, sportive, psychologique, nutritionnelle... ) et à partir de là, proposent un programme individualisé à la personne en fonction de ses objectifs, capacités et besoins : reprise d’activité physique progressive encadrée pour les plus sédentaires ou les seniors, Activités Physiques Adaptées (APA) pour des malades chroniques et aujourd’hui victimes des séquelles du Covid… La prescription médicale est la base du fonctionnement des MSS, cependant elle est encore peu pratiquée et peu remboursée. Et de fait, de même que la nature de la structure des MSS diffère, les modes de financement varient également. Chaque MSS adopte sa propre stratégie : gratuité ou participation du patient.

 

Inscription durable dans le parcours de soin

 

L’objectif de toutes les initiatives développées dans ce réseau, passé en quelques années de 130 à 288 structures labellisées, est d’entraîner les personnes dans une pratique d’activité physique et sportive durable, intégrée en somme, dans le parcours de soin. Pour cela les programmes s’accompagnent parfois d'interventions éducatives afin d'agir sur la motivation et les déterminants de la pratique pour un engagement durable.

Le travail des MSS consiste également à favoriser l’accès à l’activité physique des populations fragiles, qui sont aussi le plus souvent porteuses de facteurs de risques associés. Il s’agit de construire un maillage auprès des professionnels de santé, des cabinets médicaux, des structures sportives, mais encore des acteurs implantés dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. Les différentes structures peuvent s’inscrire dans un programme de santé précis.

C’est le cas de l'expérimentation “As du cœur multicentrique” d'activité physique adaptée pour les patients cardiovasculaires, financée pour trois ans dans le cadre de l’article 51 de la loi HPST. Des soins sont proposés au patient dès son entrée en SSR pour préparer sa sortie, dont une prescription d'activité physique adaptée, le tout avec évaluations initiale et finale, et suivi par le médecin traitant.

 

Suzanne Nemo

Cela pourrait vous intéresser.

Lire aussi.

Alimentation pendant l'allaitement : Stop aux idées reçues !

02/03

Alimentation pendant l'allaitement : Stop aux idées reçues !

Brancardier, un maillon indispensable dans la chaîne de soins

02/03

Brancardier, un maillon indispensable dans la chaîne de soins