Face à la pénurie nationale d’infirmiers et d’aides-soignants, le centre de lutte contre le cancer Léon Bérard, à Lyon, n’hésite pas à se parer de ses plus beaux atours (RTT, formations, cadre de vie…) pour séduire les candidats lors de job datings, comme à SANTEXPO en mai dernier. Retour d’expérience avec Élise Aguinet, responsable du développement des ressources humaines de l’établissement.

Pour la troisième fois, vous avez organisé un job dating – ou entretiens d’embauches express – à SANTEXPO. Pourquoi ?
Élise Aguinet :
Cela nous apporte de la visibilité. La première fois que nous avons organisé un job dating à SANTEXPO, c’était avant la crise sanitaire. Il commençait déjà à y avoir des difficultés mais, aujourd’hui, la situation est critique. La pénurie est telle qu’une concurrence s’est installée entre les établissements pour séduire les jeunes diplômés et ceux qui souhaitent quitter leurs postes actuels. Dans ce contexte, il faut donner envie, mettre en avant nos atouts. C’est pourquoi nous avons saisi l’opportunité d’avoir de nouveau ce stand. Afin d’attirer les visiteurs, nous y avons organisé des animations thématiques, sur l’activité physique adaptée (APA), l’éducation thérapeutique du patient (ETP), les métiers du soin, etc. Et nous en avons profité pour convier les participants à notre job dating : des moments d’échange privilégiés avec nous sur les opportunités de carrière dans notre centre. Nous présentons aussi la diversité de nos spécialités infirmières (chirurgie, coordination, pratique avancée, hôpital de jour…), qui offre la possibilité de changer de services ou d’évolution au sein même de l’établissement. Parmi les animateurs du stand, nous avions des professionnels de santé du centre. Notamment des infirmières, qui ont pu parler concrètement de leur métier, des évolutions qu’elles avaient pu connaître et de leurs conditions de travail. Nous avons de nombreux avantages à mettre en avant : RTT, une vraie démarche d’intégration pour le personnel soignant, des parcours professionnels, de nombreuses formations, avec même la possibilité devenir formateur en interne, etc.

Avez-vous obtenu des résultats ?
E. A. :
Nous n’avons pas signé de contrat directement sur le stand. Mais cet événement s’intègre dans un projet de long terme. Nous y avons rencontré entre 60 et 80 personnes. Tous n’étaient pas infirmiers ou en recherche d’emploi. Certains l’étaient. Surtout, il y avait des étudiants et des soignants qui avaient pour projet de quitter Paris. Nous avons mis en avant nos atouts et valorisé notre ville pour les attirer à Lyon. Ensuite, il faut que l’idée fasse son chemin. Autre effet de ce job dating : cela nous a permis de créer du lien, de développer notre réseau de professionnels en rencontrant d’autres centres de lutte contre le cancer ou établissements de santé, pour du partage d’expérience.

Allez-vous réitérer l’expérience ?
E. A. :
Sans doute, oui. Nous comptons alors avoir des panneaux encore plus attractifs sur notre région, sa richesse environnementale et culturelle. Les gens ne la connaissent pas forcément bien. Or, s’ils ont envie de déménager, autant que ce soit chez nous.

Propos recueillis par Émilie Tran Phong

Elsa Aguinet

Elsa Aguinet

Cela pourrait vous intéresser.

Lire aussi.

ACTU MNH - Application mobile MNH

20/09/22

ACTU MNH - Application mobile MNH

« La gériatrie est une spécialité d’avenir ! »

20/09/22

« La gériatrie est une spécialité d’avenir ! »

Directrice de soins

16/09/22

Directrice de soins

ACTU MNH - Application mobile MNH

20/09/22

ACTU MNH - Application mobile MNH