Comment faire en sorte que les métiers du soin en général et du monde hospitalier en particulier continuent à attirer ? En multipliant les campagnes de recrutement, certes, mais surtout en favorisant l’innovation dans les territoires. Passage en revue de quelques initiatives inspirantes.

Fin mars, le gouvernement lançait une campagne de promotion des métiers du soin et de l’accompagnement, assorti d’un budget de 10 millions d’euros, pour amorcer la campagne de recrutement de 15 000 postes sur trois ans. Un effort supplémentaire est également attendu pour répondre aux besoins toujours plus nombreux estimés à 410 000 postes de médecins, infirmiers, professions paramédicales, aides à domicile et aides-soignants1, selon le rapport Les Métiers en 2030 de France Stratégie et Dares2.

Des initiatives tous azimuts
Comment relever ces défis ? Dans les établissements, de nombreuses initiatives sont lancées afin de recruter vite et bien : par exemple, via des clips promotionnels3 ou encore des campagnes en ligne. Ainsi, la nocturne du CHU de Toulouse remporte un certain succès depuis quatre ans. Cet événement permet aux diplômés de déposer leurs CV sur une plateforme avant de se voir proposer un rendez-vous en visio, à l’issue duquel les candidats peuvent obtenir une promesse d’embauche en CDI.
La Nouvelle-Aquitaine, région la plus âgée de France, s’organise, elle aussi, face à la transition démographique et aux difficultés de recrutement. Elle a ainsi lancé un appel à projets régional Initiatives territoriales pour l’emploi et soutient les plateformes de sourcing (c’est-à-dire de repérage des candidats) via une aide digitale de Pôle Emploi apportée aux employeurs qui souhaitent identifier et toucher les meilleurs profils. Elle a également décidé d’accorder des places supplémentaires dans les instituts de formation des infirmiers ou aides-soignants et d’expérimenter une entrée directement en deuxième année de formation infirmier en cas d’échec en Pass (Parcours accès santé spécifique).

Innover localement
L’AP-HP, qui accuse un déficit de 1 400 postes d’infirmiers (soit 7,5% des effectifs), actionne quant à elle le levier financier. Elle propose ainsi un contrat d’allocation d’études de 7 500 € en échange d’un engagement de 18 mois aux étudiants en troisième année, une prime d’installation de 2 055 € brut, une aide à l’installation de 700 à 1 000 € pour le premier loyer, un accès facilité au logement. Sont ainsi proposés un quota d’appartements à petits prix entre 250 et 500 euros/mois ou une solution « attractivité et fidélisation » réservée aux soignants plus expérimentés. Cette dernière permet d’accéder à des logements plus grands et proches des hôpitaux… L’AP-HP développe également un dispositif d’heures supplémentaires majorées contractualisées (dans la limite de 20 heures par mois), donnant lieu à une majoration de 30 à 50 % pour les métiers en tension.
En Pays-de-Loire, l’ARS et les acteurs régionaux (Pôle Emploi, instituts de formation, Conseils régional et départementaux, communes, syndicats, universités…) se mobilisent eux aussi pour recruter, former et attirer des professionnels de santé. Ils ont ainsi procédé à l’embauche de 500 parcours qualifiants dans le médico-social, déployé des contrats civiques (avec mise en place d’un module de formation), promu les plateformes d’emplois auprès des étudiants… L’accent y est mis sur le développement de formations courtes et qualifiantes. Dans ce cadre, l’ARS et la Dreets4 ont lancé une expérimentation pilote pour faciliter la formation et l’emploi des primo-arrivants réfugiés. Les Pays-de-la-Loire ont, par ailleurs, choisi d’augmenter les objectifs régionaux pluriannuels (en médecine, en pharmacie, en maïeutique…) ou encore d’octroyer une prime à l’équipe pluriprofessionnelle accueillant un infirmier en pratique avancée (IPA) (1 000 euros pour deux mois de stage et 1 500 euros pour quatre mois). 

Tout le monde s’engage
Toutes ces initiatives devront bien sûr être évaluées pour en mesurer la portée. Le succès de l’une d’elles, lancée nationalement par le gouvernement, pourra être vérifié rapidement : le recrutement de 10 000 alternants à la rentrée scolaire 2022 dans la fonction publique hospitalière (contre 4 000 actuellement). L’État s’est engagé, par ailleurs, à simplifier la procédure de Validation des acquis de l’expérience (VAE) en réduisant les délais, simplifiant les démarches administratives et développant les jurys, dans l’objectif de convertir les expériences professionnelles en diplômes, notamment pour les aides-soignants.
À tous les niveaux, la mobilisation est bel et bien générale.

Suzanne Nemo

Dont 110 000 à 115 000 infirmiers, sage-femmes et aides-soignants.
Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques.
Par exemple : https://www.le64.fr/les-metiers-du-grand-age ; http://hopital-lariboisiere.aphp.fr/recrutement/ ; https://bit.ly/3uQn1df
Direction régionale de l’Économie, de l’Emploi, du Travail et des Solidarité.

 


Sur ce sujet, pendant SANTEXPO, la MNH vous propose d'assister à une table-ronde "Réussir le pari de l’attractivité de l’hôpital", autour de ces thématiques : 
• Les alternatives qui (re)donneront envie aux professionnels de faire le choix de l’hôpital public
• Les attentes de la nouvelle génération des professionnels de santé dans l’hôpital et ses conditions d’exercice
La place que l’organisation hospitalière peut donner à la diversité des désirs qui s’expriment entre les différentes générations de professionnels


Elle se déroulera mercredi 18 mai, de 9h15 à 10h, dans l’Agora Manager (en face du stand MNH – J20) en présence des intervenants suivants : 
• Perrine Cainne, Administratrice MNH Prévoyance, Directrice de l’organisation (pôle ressources humaines) du CHU de Bordeaux
• Médéric Monestier, Directeur général de la MNH
• Dr Thierry Godeau, Président de la CNPCMECH
• Ludivine Videloup, Présidente de l’ANFIPA
Vous êtes intéressés et souhaitez assister à cette table-ronde ? Inscrivez-vous en suivant ce lien www.mnh-evenement.fr

Cela pourrait vous intéresser.

Lire aussi.

N’ayons plus peur du gras !

06/05

N’ayons plus peur du gras !

Quand l'espace adhérent MNH devient VOTRE Espace Personnel

04/05

Quand l'espace adhérent MNH devient VOTRE Espace Personnel