La chaire « Bloc Opératoire Augmenté » (Bopa) de l’Université Paris-Saclay réunit chercheurs, ingénieurs et soignants. Elle espère mettre les nouvelles technologies numériques au service de la qualité et de la sécurité des soins en bloc opératoire.

Il ne s’agit pas de développer de nouveaux logiciels et robots pour réaliser des interventions toujours plus complexes, mais « de voir l’innovation comme une solution aux problèmes techniques et humains pouvant survenir en bloc opératoire », explique le Pr. Éric Vibert. Le chirurgien hépato-biliaire à l’hôpital Paul-Brousse, près de Paris, est titulaire de la chaire « Bloc Opératoire Augmenté » (Bopa), créée en janvier 2020, par l’Assistance Publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), l’Institut Mines-Télécom (IMT) et l’Université Paris-Saclay.

Un carrefour de compétences
Sur un plateau de 158 m2 mis à disposition par l’AP-HP, la chaire réunit des métiers qui ont rarement l’habitude de se croiser : des personnels de bloc opératoire (chirurgiens, anesthésistes, infirmiers), des mathématiciens, des automaticiens, des sociologues… Bopa travaille aussi avec l’Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria), la chaire Humanité et santé du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) et des start-ups prometteuses. « En tant que soignants, nous apportons notre expertise métier aux chercheurs et ingénieurs, au moment des essais cliniques mais aussi bien en amont, parfois dès la conception des projets. Cela permet de proposer des solutions parfaitement adaptées à la pratique chirurgicale », ajoute le Pr. Vibert.

Réalité augmentée et sociologie du bloc
Parmi les projets les plus avancés, déjà testés en opérations réelles, la chirurgie fluoro-guidée utilise la lumière fluorescente pour marquer les tissus cancéreux durant l’intervention. La captation en direct d’images HD stabilisées permet, quant à elle, aux chirurgiens de solliciter la télé-expertise de confrères face à des situations complexes.
On peut aussi citer le développement de chatbots* avec lesquels les équipes pourront communiquer dans le bloc pour une aide à la décision en temps réel, ou encore la conception de jumeaux numériques permettant de simuler, sur des modèles 3D très haute-fidélité, l’impact de chaque geste chirurgical sur un organe donné. Les travaux sur la sociologie du bloc opératoire sont aussi très attendus : l’analyse objective des interactions au sein de l’équipe sont au cœur des travaux d’amélioration de la qualité des soins.

Pour en savoir plus : www.chaire-bopa.fr

Émilie Tran Phong

*un chatbot est un programme informatique conçu pour simuler une conversation avec des utilisateurs humains, en particulier sur Internet.

Découvrir la vidéo d'un Bloc Opératoire augmenté : BOPE

 

Cela pourrait vous intéresser.

Lire aussi.

10/11

Redoublons de vigilance face aux addictions

MNH MAG 217 est paru

09/11

MNH MAG 217 est paru